Accueil > Découvrir Menton > Menton, ville Jardin > Les Jardins d’exception > Jardin Maria Serena


RESEAUX SOCIAUX

separation

VOS DEMARCHES EN LIGNE



separation

Jardin Maria Serena


Une villégiature aristocratique

Entre la Promenade de la Reine Astrid au sud et la voie ferrée au nord, à l’aplomb du torrent Saint-Louis qui faisait frontière avec l’Italie, le jardin de Maria Serena s’inscrit dans un vaste quadrilatère qui s’élargit et s’élève légèrement de l’ouest vers l’est.

Au XIXème siècle, le quartier des Cuses au lieu-dit Saint Louis était constitué de minuscules oliveraies, de petites parcelles cultivées en potager ou aménagées en verger de citronniers.

En 1882, le comte Louis Alexandre Foucher de Careil, membre du Sénat, ambassadeur de France en Autriche-Hongrie, achète une partie de ces parcelles, de part et d’autre de la voie ferrée, afin de constituer sa future propriété et d’y élever une demeure de villégiature.

La villa Maria Serena est construite en 1886 sur les plans de l’architecte Charles Garnier. Cette construction Belle Epoque dresse son clocheton-belvédère dans un écrin de verdure

face à la mer.

Elle est conçue et édifiée dans le même style, quelque peu ostentatoire, que deux autres villas constuites à Bordighera par cet architecte.

Son style se situe donc dans la lignée des constructions de la Côte d’Azur des trente dernières années du XIXème siècle.

En 1922 la propriété est achetée par Hans Henry Konig, homme d’affaires britannique. A la déclaration de guerre, Konig retourne en Angleterre. Pendant la guerre, Maria Serena est le théâtre de furieux combats et le parc, comme la villa, en porteront les traces. A la libération, Henry Konig propose le legs de sa propriété à son chef jardinier, qui n’en accepte que la partie située au-dessus de la voie-ferrée, à l’emplacement actuel du Mirazur. La partie située en contrebas de la voie ferrée, incluant la Ville, est léguée à la ville de Menton en 1947.

Depuis, elle sert de cadre aux réceptions des hôtes illustres, la reine Elisabeth de Belgique, la reine Astrid, le Président René Coty …. Ainsi que les hautes personnalités des Arts et des lettres.

Le jardin, qu’il serait peut-être plus pertinent d’appeler palmeraie, est un hymne à la verticalité ébouriffée. Dès l’entrée , le regard est sollicité par des formes longilignes qui paraissent s’articuler entre elles car les deux plans sont ici séparés par un talus très pentu. Le plan inférieur est occupé par un ensemble de palmiers où l’on reconnaît Caryota urens, Phoenix canariensis, Washingtonia, Chamoerops humilis, auxquels se mêlent de magnifiques Cycas. Le plan supérieur, coiffé d’un alignement de cyprès, a l’apparence d’une sombre muraille végétale. Et dans un grand éventail de feuilles semblables aux plumes d’un grand oiseau vert, la puissante gerbe de Strlitzia augusta assure la continuité entre les deux plans.

Le bassin, avec sa Fontaine au Dragon, apporte un peu de fraîcheur dans cet environnement minéral. Au milieu d’un cercle de Liliacées qui lui sert d’écrin, le dragonnier Dracaena draco, être fabuleux entre pieuvre géante et harpie diabolique, livre ses multiples bras aux terminaisons chevelues, alors que son stipe ventru et balafré saigne en laissant exsuder d’épaisses gouttes d’un suc vermeil !

Au Nord, en bordure de la voie ferrée, une bande de terre passant derrière la villa, mêle des arbres méditerranéens, pins parasol, caroubiers, cyprès aux essences exotiques – palmiers, Chorisia speciosa, jacaranda, Ficus elastica. Les peuplements se simplifient et s’homogénéisent graduellement de l’est vers l’ouest, pour finalement s’achever par un double alignement de cyprès.

Aux rives de la méditerranée, la belle époque présente encore villas et jardins, témoins des grandeurs de la Riviera.

Informations pratiques :

21, promenade Reine Astrid



Localiser sur la carte
Sur le même thème, lire aussi :
Dans la même rubrique, lire aussi :

Jardin Clos du Peyronnet

Ultime témoin d’une époque A un jet de pierre de l’Italie, tout près de la voie ferrée qui court dans une tranchée à quelques pas devant la maison, dominé par (...)

Jardin Colombières

Un hymne à la méditerranée Dessinateur, illustrateur, caricaturiste de talent, écrivain habitué des salons parisiens, Ferdinand Bac (1859-1952) est une (...)

Jardin du Palais de Carnolès

Au Jardin des Hespérides - « jardin remarquable » De part et d’autre du Bastion, sur les plages de galets ou sur les dalles rocheuses que couvrent et (...)

Jardin Fontana Rosa

Un jardin Valencien Derrière un lourd portail surmonté d’un fronton mouluré rectangulaire sur lequel se détachent les portraits en céramique de Balzac et de (...)

Jardin Serre de la Madone

Jardin fermé pour les mois de novembre et décembre Serre de la Madone, le rêve du Major - « jardin remarquable » A quelques kilomètres du littoral, dans le (...)

Jardin Val Rahmeh

Label Jardin Remarquable Membre du réseau des Muséums Paca Les Tropiques à Menton Alors que l’Europe rêve de ces terres de soleil et de sommeil où vivent les (...)


AGENDA MENTON

Voir l'agenda

SUIVEZ NOUS








© VILLE DE MENTON 2016 - MENTIONS LEGALES
17 rue de la République - 06500 Menton - Tél : 04.92.10.50.00 - mairie@ville-menton.fr