Ville de Menton

Musée des beaux-arts les réserves externalisées sont fonctionnelles

Trois pièces accolées au tennis municipal de la Madone ont été aménagées pour y conserver les collections du palais de Carnolès dans les meilleures conditions possibles. Une opération nécessaire pour la sauvegarde de quelque 6 000 tableaux, dessins, gravures, sculptures et meubles.

Pour un musée, les réserves sont tout simplement un lieu de vie. Car si leur fonction première est d’assurer un rangement des œuvres et une grande accessibilité aux objets tout en respectant les critères de conservation, elles doivent également offrir un espace suffisant pour permettre le travail de restauration. Au palais de Carnolès - musée des Beaux-arts, inscrit à l’inventaire des Monuments historiques en 1969 et propriété communale depuis 1994, c’est chose faite depuis la fin du mois de novembre.

Dans le cadre de la restauration du palais, la Ville a transformé les locaux en béton situés en face de la tour de la Noria et les a livrés au début de l’année (lire notre édition N°150).

Le déménagement et le stockage des œuvres ont ensuite été menés par l’équipe du musée, entre deux confinements liés à la pandémie de la Covid-19.

Ce projet d’aménagement, indispensable à la sauvegarde des collections, a été conçu par Elsa Puharré, attachée de conservation du patrimoine et responsable du musée des Beaux-arts et de ses collections, et le service des Bâtiments communaux.

Chantier des collections

Avec la création de ces réserves, c’est la fin d’une belle aventure pour l’équipe du musée. En effet, dénommée chantier des collections, celle-ci a débuté au mois de juillet 2014 avec l’estimation des œuvres contenues dans cette magnifique bâtisse du XVIIIe siècle que l’on doit à Antoine 1er Grimaldi, 3e prince de Monaco.

Cette étude, menée par une équipe de restaurateurs spécialisés diplômés d’État, a permis de commencer à répertorier quelque 3 500 objets exposés ou rangés dans les réserves du bâtiment. Au mois d’octobre 2015, l’équipe du musée a ensuite reçu une formation pour travailler sur les objets fragiles ou trop abimés pour être déplacés.

Puis quelques pièces du rez-de-chaussée ont été fermées au public afin de procéder à la mise place du chantier des collections : prélèvement, manipulation, dépoussiérage, collecte de données, photographie, saisie informatique, etc.

Réalisé en interne pour la plupart des œuvres, ce travail en commun a soudé les agents du musée qui portent désormais un autre regard sur tous ces dons, legs, dépôts de l’État ou encore achats par la Ville. « Cette remise en état sanitaire des collections et de la documentation était indispensable, souligne Elsa Puharré, car selon l’état des objets il y avait plus ou moins urgence. »

Découverte de trésors

Débuté en 2016, le chantier des collections est donc à ce jour achevé. Du moins en ce qui concerne les œuvres du palais car il reste à vérifier toutes celles qui sont exposées dans les lieux institutionnels.
Grâce à ce projet d’envergure, pièces, armoires, boîtes ou encore cartons ont été passés au peigne fin afin de dresser un inventaire précis. Cette opération a permis de mettre au jour des trésors en provenance du monde entier et tous plus intéressants les uns que les autres.

De remarquables collections pour la plupart léguées à la Ville par des collectionneurs (Lorédan Larchey, Serge Bernstamm, Charles Wakefield Mori, Marcel Flory, etc.) qui, après de nombreux voyages, ont décidé de s’établir à Menton.

Ainsi, à ce jour, près de 6 500 tableaux, dessins, gravures, estampes, accessoires ou encore meubles sont répertoriés dont près de 6 000 ont été récolés ; ces chiffres ne comptabilisent ni les 71 sculptures du jardin du palais de Carnolès ni les objets mis en dépôt dans les lieux publics. Sachant que de par leur nature, de nombreuses œuvres vont être transférées au musée de Préhistoire, au service des Archives municipales, à L’Odyssée bibliothèque, etc.

Hors les murs

Afin de partager leurs découvertes inestimables ainsi que la splendeur retrouvée des œuvres déjà exposées, la direction du musée des Beaux-arts a décidé de ne pas attendre la réouverture du palais de Carnolès et d’organiser des expositions « hors les murs » à la Galerie d’art contemporain.

Ainsi, en 2018 et en 2019, le musée a présenté deux muséographies intitulées Le temps des collections. « Le palais de Carnolès sort de ses réserves est une façon inédite de valoriser le fonds ancien daté du XVe au XIXe siècle, confie Elsa Puharré.

Le troisième volet devait se tenir à la galerie du 21 novembre au 30 janvier et dévoiler les œuvres modernes allant de 1900 à 1960. Mais en raison du second confinement, elle a été reportée à une date ultérieure. »

Lire aussi
Le port du masque est désormais obligatoire sur les plages du département
Novak Djokovic en tournage à Menton !
En complément de celui de Menton, un centre de vaccination a ouvert à Roquebrune-Cap-martin