La culture : c’est à vous !

« Artium civitas », Cité des Arts La devise, inscrite à l’entrée de l’Hôtel de Ville, traduit la vocation culturelle de Menton qui s’exprime dans la valorisation du patrimoine – monuments et jardins. Une vocation confirmée par l’attribution, en 1991, du label « Ville d’Art et d’Histoire » Plusieurs musées, une galerie d’art contemporain et un calendrier événementiel riche – le Festival de Musique, les Colloques « Penser notre temps », le Festival des jardins ...

Renouer avec la tradition de la céramique à Menton

Pendant des années, Stéphane Montalto était installé dans la voûte n°4 des Sablettes. En 1998, il vient s’installer à Roquebrune-Cap-Martin et depuis son atelier installé dans le Village, il continue inlassablement son travail de création. Repéré par les plus grands architectes des bâtiments de France, il est sollicité pour des chantiers prestigieux un peu partout en France. Sans oublier Menton, sa ville de cœur pour laquelle il déploie son art : palais de Carnolès, Maria Serena, mairie… Il décrochera le titre de meilleur ouvrier de France (MOF) en 2011.
Dans les années 90, un premier marché des potiers voit le jour à Menton, mais finalement on en restera là. Jusqu’à ce que Stéphane Montalto et Christelle Esperto, directrice de l’Ecole municipale d’arts plastiques (EMAP), relancent la manifestation, couplée cette année au 1er championnat de France des tourneurs potiers. Dix hommes et cinq femmes sont inscrits. Pour emporter le prix, il va falloir réaliser la pièce la plus large avec 6kg de terre en 30 mn. Le mètre sera le seul juge.

En parallèle, durant tout le week-end, une vingtaine de potiers professionnels exposeront leurs œuvres.

L’idée est de reconduire cette double manifestation chaque année. Histoire de rappeler que Menton accueillait jusqu’en 1936 l’une des plus grandes manufactures de céramique dans le Borrigo à l’emplacement de l’école Anne-Frank. N’oublions pas non plus qu’avant la création de l’EMAP était installée une école de la céramique. C’était l’époque où la matière première était extraite sur place.


LIRE AUSSI

Vicente Blasco-Ibañez Les Chroniques de l’Odyssée, A livre ouvert - N°20 - "Ton absence n’est que ténèbres " (Jón Kalman Stefánsson) Visite virtuelle Musée Cocteau Les Chroniques de l’Odyssée, A livre ouvert - N°5 - "1984" (Xavier Coste)
RETOUR A L'ACCUEIL