La culture : c’est à vous !

« Artium civitas », Cité des Arts La devise, inscrite à l’entrée de l’Hôtel de Ville, traduit la vocation culturelle de Menton qui s’exprime dans la valorisation du patrimoine – monuments et jardins. Une vocation confirmée par l’attribution, en 1991, du label « Ville d’Art et d’Histoire » Plusieurs musées, une galerie d’art contemporain et un calendrier événementiel riche – le Festival de Musique, les Colloques « Penser notre temps », le Festival des jardins ...

Léopold Bernstamm

Riga, 20 avril 1859 – Paris, 22 janvier 1939
Léopold Bernstamm naît à Riga, ville russe devenue la capitale de la Lettonie.
Orphelin de mère à 6 ans, il s’installe avec son père à Saint-Pétersbourg en 1872.

Le jeune Léopold, habité par une forte passion pour les arts, est placé par son père, réticent, chez un peintre en lettres ornées.

Il suit en parallèle des cours de dessin et s’initie à la sculpture chez le sculpteur Jensen, élève du grand artiste néoclassique, Thorvaldsen. Son talent est vite remarqué.

Dés 1881, il obtient des commandes de bustes de nombreuses personnalités artistiques et politiques dont Dostoïevski et Anton Rubinstein.
Après un voyage d’études en Italie, il s’installe à Paris en 1885 et entre dans l’atelier du célèbre sculpteur de l’époque, Antonin Mercié.

Il est nommé sculpteur en chef du musée Grévin.
Il ouvre en parallèle un atelier où pendant 30 ans vont défiler les personnalités du moment.

Ses commandes le conduisent dans toute l’Europe et particulièrement en Russie où il travaille pour le tsar Nicolas II. Il fréquente la Côte d’Azur de la Belle Epoque.
En 1903, son buste de Berlioz sur l’esplanade du casino de Monte-Carlo est inauguré en présence du prince Albert 1er de Monaco.

Avant la guerre de 1914, il s’installe à Menton, villa les Mouettes, rue Guyau, où il poursuit son travail pour la société cosmopolite en villégiature sur la Riviera. Il réalise également de nombreuses œuvres pour la ville.

Ainsi, en 1920 est élevé devant la mairie le monument à la mémoire de Louis Laurenti, maire de Menton.

Ferdinand Bac, le créateur des Colombières, pose devant Bernstamm. L’écrivain espagnol, Vicente Blasco Ibañez, lui commande les 12 bustes de sa propriété Fontana Rosa.

Sa veuve se tournera naturellement vers Bernstamm pour réaliser un monument à sa mémoire.
En 1921, le sculpteur offre à la ville 300 bustes, statues, statuettes et maquettes.

Le musée des Beaux-arts accueille ce don précieux.
L’inauguration de la galerie Bernstamm est célébrée en janvier 1923.


LIRE AUSSI

Les Chroniques de l’Odyssée, A livre ouvert - N°6 - "Nos étoiles contraires" (John Green) Les Chroniques de l’Odyssée, A livre ouvert - N°16 - "L’enfer numérique : voyage au bout d’un like" (Guillaume Pitron) PhotoMenton Travaux réalisés en distanciel par les élèves de l’EMAP
RETOUR A L'ACCUEIL