ACCUEIL > Arts et Histoire > Les Musées > Musée des Beaux-Arts - Palais de Carnolès

Musée des Beaux-Arts - Palais de Carnolès


© Ville de Menton

Informations pratiques

3 avenue de la Madone
Le Musée est actuellement fermé pour travaux

En 1717, Antoine Ier Grimaldi, prince de Monaco, fait construire une résidence d’été au quartier Carnolès. Attribué aux architectes Robert de Cotte et Jacques Gabriel, le palais devient résidence privée au XIXe siècle.

A la demande de son propriétaire, le Dr Edward Philips Allis, Tersling le réaménage en 1896. Acquis par le département des Alpes-Maritimes en 1961, il abrite le Musée des Beaux-arts de la ville depuis 1977.

Musée des Beaux-Arts du Palais de Carnolès

Installé dans l’ancienne résidence d’été des princes de Monaco, le musée de Carnolès abrite une collection de peintures du XIIIe siècle jusqu’à nos jours ainsi que des expositions d’artistes contemporains.

Le jardin (classé « Jardin remarquable ») permet également de découvrir des sculptures contemporaines au milieu d’une exceptionnelle collection d’agrumes.

L’art de l’éclectisme

Le Palais de Camolès, à l’entrée ouest de la ville, mérite une halte attentive. Il abrite aujourd’hui un musée de peinture et une collection d’une qualité remarquable.

Même si elle n’avait pas été transformée en musée de peinture, les détails architecturaux de cette ancienne résidence d’été des princes de Monaco suffisent à susciter l’intérêt du visiteur.

Portes dorées, boiseries, stucs, plafonds finement décorés et parquets... Cette demeure est un écrin pour les collections de peintures anciennes et modernes qu’elle abrite actuellement : primitifs Italiens (du XIIe au XVe siècles), icônes grecques, écoles flamandes et hollandaises, peintures XVIIe et XVIIIe, etc.

L’ensemble est d’un bel éclectisme. Il témoigne du goût d’un amateur anglais au début de ce siècle, M. Wakefield Mori, qui choisit de léguer sa collection à la Ville de Menton. Les pièces par lui rassemblées étaient destinées à satisfaire son amour de l’esthétique. Leur point commun est donc une qualité artistique, M. Wakefield Mori ayant fait de l’art une affaire personnelle. Pour le grand profit des générations ultérieures qui peuvent ainsi découvrir, dans ce palais ouvert à tous, des toiles et des sculptures de grand intérêt.

Moor, Lepria, Sutherland, Terechkovitch

Citons un superbe « Bréa » du XVIe siècle, Dans un tout autre style « La Dame au petit chien » par Antonnus Moor, peintre flamand qui travailla pour la cour espagnole, le curieux portrait de Sir Radcliffe, le grand argentier de la reine Elisabeth, attribué avec vraisemblance au peintre anglais Hillairet, élève de Clouet, ou encore le « Sacrifice d’Iphigénie » par Benjamin West, peintre anglais du XVIIe.

Mais le Palais de Carnolès présente aussi un ensemble important d’œuvres d’art moderne parmi lesquelles des toiles de l’école de Paris. L’amateur éclairé découvrit au début du siècle de grands peintres alors méconnus. De « La négresse nue » de Suzanne Valadon aux paysages signés Lepria en passant par le portrait de Mme Mori par Raoul Dufy et les dessins et aquarelles de Max Jacob, le parcours des salles nous offre une vision originale qui aboutit à la découverte d’œuvres franchement contemporaines, primées lors des douze biennales internationales d’art de Menton.

Le Palais accueillit aussi des manifestations artistiques de haut vol qui furent créées en 1951 sous la présidence de Matisse et qui rendirent hommage à de très grands noms comme Dufy, Rouault, Villon, Picasso, Chagall, Dali, Graham Sutherland, Delvaux.

La ville acquit ainsi des œuvres prestigieuses parmi lesquelles l’ensemble des portraits d’artistes de Terechkovitch et l’étonnante « Fontaine » de Sutherland.


LOCALISER SUR LA CARTE


SUR LE MÊME THÈME


RECHERCHER SUR LE SITE