[



ACCUEIL > Au quotidien > Édito > Édito de Jean-Claude Guibal

Édito de Jean-Claude Guibal

Le 10 février 2011, j’écrivais cette tribune parue dans Nice-Matin :

« Il faut sauver les classes moyennes ! »

« Si l’on en croit les sondages, les Français sont plus pessimistes que la plupart des autres peuples européens et davantage même que les Afghans. C’est là l’expression d’un désenchantement et d’un mal-être des classes moyennes, « cœur nucléaire » de notre société.

Celles-ci sont constituées pour l’essentiel des Français qui ont des enfants et contribuent ainsi au dynamisme de notre démographie, qui travaillent (ou ont travaillé) et participent ainsi à la création de richesses, qui paient des impôts et des charges sociales et financent ainsi la solidarité nationale. Ciment de notre société, elles sont aussi son moteur. Plus encore, elles sont le peuple.

Or, depuis bien longtemps déjà, elles ont le sentiment qu’on leur demande tout mais qu’on ne leur est reconnaissant, pour ainsi dire, de rien. Alors, assez naturellement, les classes moyennes dépriment. Elles craignent de perdre leurs emplois et de ne plus arriver à se loger. Elles s’inquiètent de la dégradation de leur niveau de vie et de l’avenir de leurs enfants dans une époque où l’ascenseur social descend plus souvent qu’il ne monte. Elles s’interrogent sur les conséquences de l’immigration et des ratés de l’intégration, mais aussi sur les possibilités d’assurer la sécurité et de faire face à l’endettement de notre pays. Elles se scandalisent des écarts qui se creusent entre les revenus des spéculateurs et ceux des gens qui vivent de leur travail. Déstabilisées par l’évolution des mœurs et le brouillage de leurs repères, elles en arrivent à douter de la capacité du politique à répondre à leurs attentes.

En fin de compte, elles se découragent, se démobilisent, se replient sur elles-mêmes et broient du noir. Veillons à ne pas les pousser à bout, c’est-à-dire, à tout rejeter en bloc sans espérer de solutions. Si elles en arrivaient-là, c’est tout le pays qui serait pris de vertige. Sachons donc les entendre et enrayer ce lent processus de prolétarisation dont elles sont victimes.

Pour ce qui me concerne, j’ai pris position, il y a quelques mois déjà, pour la suppression du bouclier fiscal – car l’effort de solidarité et de redressement doit être partagé par tous – et pour la suppression de la résidence principale de l’assiette de l’ISF car, et notre région en est l’exemple, c’est commettre une erreur, quand on veut évaluer la richesse, de confondre revenus et patrimoine.

Sans doute faut-il venir en aide aux plus défavorisés. Sans doute aussi faut-il s’efforcer de garder nos riches. Rien, pourtant, n’est plus important que de redonner espoir aux fantassins de la nation française. Il faut, avant toute chose, sauver les classes moyennes !

Il est probable, cependant, que des remèdes socio-économiques ne suffiront pas à enrayer leur mal le plus profond, celui qui relève d’une nostalgie dont André Gide disait qu’elle n’est que de la ferveur retombée. Même si la France est le pays du monde où l’on vit le mieux, celui où la liberté est la plus grande et la solidarité est la plus large, même si notre pays dispose d’atouts prodigieux pour compter encore demain dans le concert des nations, les Français des classes moyennes semblent avoir la nostalgie de la France d’avant. Il va donc falloir les convaincre que notre nation gardera son identité au milieu des bouleversements du monde et, plus encore, pour répondre au génie exigeant de notre peuple, essayer de donner du sens à l’histoire qu’il est en train de vivre. »

***

Aujourd’hui, sept ans après la publication de cette tribune, le problème de fond non seulement demeure mais s’est aggravé au point de donner lieu à des manifestations d’ampleur exceptionnelle et de poser des questions politiques et institutionnelles majeures.

Les fêtes de fin d’année approchent, propices à l’écoute, au dialogue et au partage. J’espère que ce moment sera saisi pour redonner à tous les Français le sentiment d’appartenir à la même Nation, Nation que nous aimons grande et généreuse.

Jean-Claude Guibal
Maire de Menton
Président de la Communauté de la Riviera Française




MENTON INFOS N°84

VOS E-DÉMARCHES

EN UN CLIC

CARTE MENTON MA VILLE

Forfait journalier, 30 minutes gratuites de stationnement payant de surface ! Cette carte vous simplifie la vie en ville et rend votre stationnement tellement plus facile !

ESPACE FAMILLE

La Ville de Menton est heureuse de vous proposer un "Espace Famille" entièrement en ligne pour faciliter vos démarches liées aux services de l'Éducation et de la Jeunesse.

APPELS  D'OFFRES / MARCHÉS PUBLICS

Dans le cadre de la réforme du code des marchés Publics, la Ville de Menton publie les Avis d’Appel Public à la Concurrence (AAPC).

GUIDE VOS DROITS ET DÉMARCHES

Le guide contient plus de 2 800 fiches d’information et quelque 5 000 liens vers des ressources utiles pour exercer ses droits et accomplir vos démarches en ligne.

OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC

Le service ODP est chargé d’organiser, gérer et intervenir sur l’ensemble du domaine public dès lors que celui-ci doit être occupé à titre public ou privé.

TIPI

Service permettant de payer par internet vos titres et créances ayant fait l’objet d’un titre exécutoire pris en charge par le comptable public.

ACCÈS RAPIDE

L'AGENDA

VOIR TOUS LES ÉVÉNEMENTS SUR WWW.AGENDA-MENTON.FR

GRANDS ÉVÉNEMENTS

EN CE MOMENT

PERMANENCES DE QUARTIERS

EXPOSITIONS


Billetterie en ligne de l'Office de tourisme de Menton

DÉCOUVRIR

Menton est une ville où nature et culture se conjuguent harmonieusement.
Cité des jardins, Cité du citron mais aussi Ville d’Art et d’Histoire, Menton est riche d’un patrimoine naturel et historique exceptionnel.
Ici dans cette nature préservée, tout est calme et beauté. Depuis les corniches qui surplombent la ville, on peut admirer un paysage de carte postale, celui d’une cité posée sur la mer et baignée d’un chaud soleil, et ceci toute l’année.

VILLE DE CULTURE

Première ville d'art et d'Histoire des Alpes-Maritimes, Menton accueille cinq Musées, dont le Musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman. Elle se distingue également par son patrimoine historique et botanique remarquable.

VILLE JARDIN

Les jardins sont la signature de la ville de Menton. Classée "4 fleurs" depuis plus de 15 ans, Menton est lauréate de la "fleur d'or". Son micro-climat et ses fabuleux jardins d'exceptions en font la renommée.

VILLE D'ÉVÉNEMENTS

Toute l'année la vie de la ville de Menton est animée au rythme d'un calendrier événementiel trés riche et varié. La célèbre Fête du Citron® et le Festival de Musique bénéficient d'un rayonnement international.

VILLE DU CITRON

Le citron fait partie à part entière de l'identité de la ville de Menton. Le « Citron de Menton » bénéficie d'une (IGP) méritée depuis 2015. Le fruit d'or est célébré chaque année avec la
Fête du Citron®.

PUBLICATIONS