ACCUEIL > Arts et Histoire > Histoire et Patrimoine > Notre Histoire > Histoire de la bibliothèque municipale

Histoire de la bibliothèque municipale


Informations pratiques

  • Palais de l’Europe – 8 avenue Boyer
  • Tél : 04 92 41 76 60

Ouvert du mardi au samedi
Mardi : 9h30-12h30 / 14h-18h
Mercredi : 9h30-18h
Jeudi : 14h-17h
Vendredi : 9h30-12h30 / 14h-18h
Samedi : 9h30-12h30 / 14h-17h

La bibliothèque est fermée le dimanche, le lundi et les jours fériés.
Le jeudi matin est réservé au rangement des collections,
à l’accueil des groupes et au portage à domicile.

Le Vendredi matin durant l’année scolaire (de Septembre à Juin), la section jeunes est réservée aux scolaires jusqu’à 11h.

Nous retrouvons les premières évocations de la bibliothèque en 1898. Lorédan Larchey, écrivain et ancien conservateur de la bibliothèque de l’Arsenal à Paris, est considéré comme le père-fondateur en raison de sa donation importante d’ouvrages.

La bibliothèque mentonnaise voit le jour, sous le nom de bibliothèque populaire laïque. Elle se situe alors dans les locaux de l’ancienne mairie, place Clémenceau.

En 1908, elle est transférée dans la salle du rez-de-chaussée du musée municipal, actuel musée de préhistoire régionale. Durant l’occupation italienne, la bibliothèque est transformée en biblioteca civica.
Nino Lamboglia, directeur de l’Office de culture et de propagande nomme à la tête de l’établissement Marcel Firpo.

Le nouveau conservateur, sous couvert du folklore, le comité des traditions mentonnaises, et avec l’appui de la nouvelle littérature italienne, fait propagande pour l’occupant. Il traite les archives, renouvelle le fonds de livres et modifie l’agencement du musée pour y intégrer la section des Arts populaires.

L’après-guerre se caractérise par un développement des actions culturelles des municipalités successives. Le fonds s’est constitué au cours des années par des legs ou des donations importants de particuliers ou de l’Etat. Il est riche d’ouvrages en langue latine, italienne, française des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Les œuvres les plus remarquables sont : le Dictionarium d’Ambroise Calepin (ouvrage le plus ancien : 1598) ; l’édition de 1777 de l’Encyclopédie de Diderot et Almebert, la Description de l’Egypte, recueil des observations et des recherches qui ont été faites en Egypte lors de l’expédition de l’armée française et publiée sous les ordres de Napoléon (1809).

La bibliothèque possède également un fonds régional très important avec les œuvres d’Ardoïno (1879), la collection historique de Gustave Saige et L.H. Labande relative à la seigneurie de Monaco et à la maison de Grimaldi ; un fonds Katherine Mansfield, qui séjourna à Menton à la fin de sa vie ; les ouvrages de Ferdinand Bac, qui vécut à Menton de 1925 à 1939.

Suite à l’acquisition du casino Kursaal par la ville et à sa réhabilitation, le 17 octobre 1966, la bibliothèque s’installe définitivement au rez-de-chaussée du nouveau Palais de l’Europe. Le 5 novembre 1966, on inaugure officiellement, et avec éclat la nouvelle bibliothèque. Le député-maire de l’époque Francis Palmero accueille pour l’occasion les recteurs de France et les membres de l’Université :
«  Demain, ce Palais de l’Europe sera très vivant. Il y aura place pour des réunions, des concerts, du théâtre, des conférences, et tout naturellement, la bibliothèque sera l’indispensable complément.  »

Immédiatement, la bibliothèque se tourne vers la modernité en instaurant l’Ordre de Dewey qui permet à chacun de retrouver une œuvre d’après son titre ou son auteur.
Aujourd’hui, l’enrichissement des fonds, l’agrandissement des locaux, les projets d’animations, la pluralité des médias, l’accessibilité au public font de la bibliothèque un espace d’ouverture culturelle plus vivant que jamais.


Événements à venir à l’Odyssée


LOCALISER SUR LA CARTE


SUR LE MÊME THÈME


RECHERCHER SUR LE SITE