ACCUEIL > Hôtes illustres > Anatole Le Braz, un poète à Menton

Anatole Le Braz, un poète à Menton

Hugues de La Touche, nous conte la vie étrange d’Anatole Le Braz, poète breton, qui a séjourné à Menton et y est mort dans les années 20.

Auteur de « La légende de la Mort », sa vie entière semble avoir été « pré-déterminée » par le poids de cet ouvrage. Hugues de La Touche a voulu en savoir plus sur l’un des « hôtes » illustres de notre ville... et nous livre ici le résultat de ses recherches.

Existe-t-il plus curieuse destinée que celle du plus grand poète breton Anatole Le Braz ? En 1901, son père, ses frères et ses soeurs meurent noyés tous ensemble dans une sombre rivière bretonne. C’est à lui d’identifier les corps sur la grève. Deux fois, son foyer est détruit par la disparition d’êtres chers et la mort de son fils à la guerre devait le marquer à tout jamais d’un sceau indélébile. Il écrivait : « Rien ne rime à rien, la vie est un non-sens ».

L’auteur de « La légende de la Mort » choisit de se retirer à Menton et demeura dans le quartier de la Madone, dans la « Casa Gyptis » (Gyptis, la fille du chef des Ségobriges (*), tendant la coupe au phocéen Eumène, symbolisait les rapports du celtisme et de la Méditerranée).

Je connaissais cette histoire, mais n’en savais pas plus, lorsqu’un jour, par hasard, sur l’album photographique d’habitants de Roquebrune-Cap-Martin, je découvris une enfant en communiante, dont on me donna le nom. Il s’agissait de Mayette Le Braz. Qu’elle ne fut pas ma surprise : elle était la petite-fille du poète dont le nom de famille était en fait « Bouchage ». Je la retrouvais aux Contamines, d’où elle me fit parvenir une photographie de son grand-père. Elle se souvenait de lui, vivant sous une grande véranda dans un vaste jardin. Elle m’avoua qu’il ne travaillait plus guère à Menton.

D’autres personnes se souvenaient d’un grand homme robuste « le barde breton », bon père de famille, intégré à la vie mentonnaise, aimant ses enfants. Il en avait six, dont trois étaient ceux de sa femme. Dans un courrier, il décrit son univers mentonnais ainsi : « Un hibou méditatif occupe ma table de travail et un Bouddha de provenance authentique préside à mes songes. Ce sont deux amis pleins de sagesse... ».

SON POÈME TESTAMENT

Son chef-d’œuvre « La légende de la Mort » réalisé en 1893 traite de tout ce qui est relatif aux « intersignes », à la divination, au départ de l’âme et des revenants chez les Bas-Bretons. Dans ces ouvrages s’exprime et prend forme tout le mystère enfoui au sein de l’âme bretonne.
Il était né à Saint-Gervais, en Basse-Bretagne le 2 avril 1859. Il fit ses études à Saint-Brieux dans le lycée qui porte aujourd’hui son nom, à Paris au lycée Saint-Louis et à la Sorbonne. Docteur ès lettres, il enseigna à la faculté de Rennes de 1901 à 1924.

Les livres tels que « Au pays du pardon » (1899), « Le sang de la sirène », « Le Gardien du feu » (1901) ou « Ames d’Occident » (1911) sont également révélateurs du malaise obscur que la hantise de l’au-delà font peser sur la race celte. L’Henriette de la photographie était la fille de Reine-Anne Le Braz qui avait épousé le docteur Antoine Bouchage. Celui-ci vivait avec son épouse et ses trois enfants à la villa Sabrina dans le Borrigo. Anatole Le Braz avait épousé sa troisième femme, Marie Davidson, en Amérique pendant la guerre de 1914.

En ce mois d’avril, je téléphonais à Mayette Bouchage aux Contamines. Sa fille, Florence Collos, m’apprit que sa mère était décédée le 5 Janvier de cette année.

Anatole Le Braz, lui, avait rêvé dans ses vers d’une mort en Bretagne, un soir de printemps.
« C’est par un soir de mai que je voudrais mourir.
Les soirs de mai sont beaux ; la terre va fleurir ;
L’air est comme peuplé de voix inentendues,
Et l’on sent Dieu qui passe au fond des étendues.
Dans les lointains, ainsi qu’une paupière d’or,
S’abaisse le couchant sur la mer qui s’endort.
Les nuages, vêtus de gaze aux longues franges,
Glissent, furtifs et doux, et c’est comme un chœur d’anges
Qui des hauteurs du ciel descendraient vous chercher ».

Ce rêve ne se réalisa pas. Il termina sa vie aux bords d’une mer où la Grèce et la Gaule se rencontrent. Là où le Ségobrige Gypsis tendit au Phocéen Eumène la coupe de l’hospitalité.

Anatole Le Braz avait-il eu avant sa mort un de ces « intersignes » qu’il décrivait déjà dans « La Légende de la Mort », comme l’ombre est la projection en avant de ce qui doit arriver ? Il semble qu’un pressentiment secret l’avertissait de la précarité de sa destinée.
Six jours avant sa mort, il écrivait de Menton : « Je n’appartiens plus guère au présent... Mais, j’ai fait d’une âme sereine mon grand acte de renoncement ».

Celle qui devait l’emporter survint le 20 mars 1926 à midi.

« L’obscur pressentiment de quelque Némésis
Car elle est toujours là qui rôde, inexorable,
La déesse masquée, aux pas furtifs et sourds,
Guettant pour nous atteindre à l’endroit vulnérable
Nos vœux les plus choyés ou nos plus chers amours ».

(*) Ségobriges : tribu gauloise



Hôtes illustres
Lire aussi

VOS E-DÉMARCHES

EN UN CLIC

CARTE MENTON MA VILLE

Forfait journalier, 30 minutes gratuites de stationnement payant de surface ! Cette carte vous simplifie la vie en ville et rend votre stationnement tellement plus facile !

ESPACE FAMILLE

La Ville de Menton est heureuse de vous proposer un "Espace Famille" entièrement en ligne pour faciliter vos démarches liées aux services de l'Éducation et de la Jeunesse.

APPELS  D'OFFRES / MARCHÉS PUBLICS

Dans le cadre de la réforme du code des marchés Publics, la Ville de Menton publie les Avis d’Appel Public à la Concurrence (AAPC).

GUIDE VOS DROITS ET DÉMARCHES

Le guide contient plus de 2 800 fiches d’information et quelque 5 000 liens vers des ressources utiles pour exercer ses droits et accomplir vos démarches en ligne.

OCCUPATION DU DOMAINE PUBLIC

Le service ODP est chargé d’organiser, gérer et intervenir sur l’ensemble du domaine public dès lors que celui-ci doit être occupé à titre public ou privé.

TIPI

Service permettant de payer par internet vos titres et créances ayant fait l’objet d’un titre exécutoire pris en charge par le comptable public.

ACCÈS RAPIDE

L'AGENDA

VOIR TOUS LES ÉVÉNEMENTS SUR WWW.AGENDA-MENTON.FR

GRANDS ÉVÉNEMENTS

EN CE MOMENT

PERMANENCES DE QUARTIERS

EXPOSITIONS

DÉCOUVRIR

Menton est une ville où nature et culture se conjuguent harmonieusement.
Cité des jardins, Cité du citron mais aussi Ville d’Art et d’Histoire, Menton est riche d’un patrimoine naturel et historique exceptionnel.
Ici dans cette nature préservée, tout est calme et beauté. Depuis les corniches qui surplombent la ville, on peut admirer un paysage de carte postale, celui d’une cité posée sur la mer et baignée d’un chaud soleil, et ceci toute l’année.

VILLE DE CULTURE

Première ville d'art et d'Histoire des Alpes-Maritimes, Menton accueille cinq Musées, dont le Musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman. Elle se distingue également par son patrimoine historique et botanique remarquable.

VILLE JARDIN

Les jardins sont la signature de la ville de Menton. Classée "4 fleurs" depuis plus de 15 ans, Menton est lauréate de la "fleur d'or". Son micro-climat et ses fabuleux jardins d'exceptions en font la renommée.

VILLE D'ÉVÉNEMENTS

Toute l'année la vie de la ville de Menton est animée au rythme d'un calendrier événementiel trés riche et varié. La célèbre Fête du Citron® et le Festival de Musique bénéficient d'un rayonnement international.

VILLE DU CITRON

Le citron fait partie à part entière de l'identité de la ville de Menton. Le « Citron de Menton » bénéficie d'une (IGP) méritée depuis 2015. Le fruit d'or est célébré chaque année avec la
Fête du Citron®.

PUBLICATIONS