Anatole Le Braz, un poète à Menton - Menton - site officiel de la ville - #VilledeMenton #Menton [



ACCUEIL > Hôtes illustres > Anatole Le Braz, un poète à Menton

Anatole Le Braz, un poète à Menton


Hugues de La Touche, nous conte la vie étrange d’Anatole Le Braz, poète breton, qui a séjourné à Menton et y est mort dans les années 20.

Auteur de « La légende de la Mort », sa vie entière semble avoir été « pré-déterminée » par le poids de cet ouvrage. Hugues de La Touche a voulu en savoir plus sur l’un des « hôtes » illustres de notre ville... et nous livre ici le résultat de ses recherches.

Existe-t-il plus curieuse destinée que celle du plus grand poète breton Anatole Le Braz ? En 1901, son père, ses frères et ses soeurs meurent noyés tous ensemble dans une sombre rivière bretonne. C’est à lui d’identifier les corps sur la grève. Deux fois, son foyer est détruit par la disparition d’êtres chers et la mort de son fils à la guerre devait le marquer à tout jamais d’un sceau indélébile. Il écrivait : « Rien ne rime à rien, la vie est un non-sens ».

L’auteur de « La légende de la Mort » choisit de se retirer à Menton et demeura dans le quartier de la Madone, dans la « Casa Gyptis » (Gyptis, la fille du chef des Ségobriges (*), tendant la coupe au phocéen Eumène, symbolisait les rapports du celtisme et de la Méditerranée).

Je connaissais cette histoire, mais n’en savais pas plus, lorsqu’un jour, par hasard, sur l’album photographique d’habitants de Roquebrune-Cap-Martin, je découvris une enfant en communiante, dont on me donna le nom. Il s’agissait de Mayette Le Braz. Qu’elle ne fut pas ma surprise : elle était la petite-fille du poète dont le nom de famille était en fait « Bouchage ». Je la retrouvais aux Contamines, d’où elle me fit parvenir une photographie de son grand-père. Elle se souvenait de lui, vivant sous une grande véranda dans un vaste jardin. Elle m’avoua qu’il ne travaillait plus guère à Menton.

D’autres personnes se souvenaient d’un grand homme robuste « le barde breton », bon père de famille, intégré à la vie mentonnaise, aimant ses enfants. Il en avait six, dont trois étaient ceux de sa femme. Dans un courrier, il décrit son univers mentonnais ainsi : « Un hibou méditatif occupe ma table de travail et un Bouddha de provenance authentique préside à mes songes. Ce sont deux amis pleins de sagesse... ».

SON POÈME TESTAMENT

Son chef-d’œuvre « La légende de la Mort » réalisé en 1893 traite de tout ce qui est relatif aux « intersignes », à la divination, au départ de l’âme et des revenants chez les Bas-Bretons. Dans ces ouvrages s’exprime et prend forme tout le mystère enfoui au sein de l’âme bretonne.
Il était né à Saint-Gervais, en Basse-Bretagne le 2 avril 1859. Il fit ses études à Saint-Brieux dans le lycée qui porte aujourd’hui son nom, à Paris au lycée Saint-Louis et à la Sorbonne. Docteur ès lettres, il enseigna à la faculté de Rennes de 1901 à 1924.

Les livres tels que « Au pays du pardon » (1899), « Le sang de la sirène », « Le Gardien du feu » (1901) ou « Ames d’Occident » (1911) sont également révélateurs du malaise obscur que la hantise de l’au-delà font peser sur la race celte. L’Henriette de la photographie était la fille de Reine-Anne Le Braz qui avait épousé le docteur Antoine Bouchage. Celui-ci vivait avec son épouse et ses trois enfants à la villa Sabrina dans le Borrigo. Anatole Le Braz avait épousé sa troisième femme, Marie Davidson, en Amérique pendant la guerre de 1914.

En ce mois d’avril, je téléphonais à Mayette Bouchage aux Contamines. Sa fille, Florence Collos, m’apprit que sa mère était décédée le 5 Janvier de cette année.

Anatole Le Braz, lui, avait rêvé dans ses vers d’une mort en Bretagne, un soir de printemps.
« C’est par un soir de mai que je voudrais mourir.
Les soirs de mai sont beaux ; la terre va fleurir ;
L’air est comme peuplé de voix inentendues,
Et l’on sent Dieu qui passe au fond des étendues.
Dans les lointains, ainsi qu’une paupière d’or,
S’abaisse le couchant sur la mer qui s’endort.
Les nuages, vêtus de gaze aux longues franges,
Glissent, furtifs et doux, et c’est comme un chœur d’anges
Qui des hauteurs du ciel descendraient vous chercher ».

Ce rêve ne se réalisa pas. Il termina sa vie aux bords d’une mer où la Grèce et la Gaule se rencontrent. Là où le Ségobrige Gypsis tendit au Phocéen Eumène la coupe de l’hospitalité.

Anatole Le Braz avait-il eu avant sa mort un de ces « intersignes » qu’il décrivait déjà dans « La Légende de la Mort », comme l’ombre est la projection en avant de ce qui doit arriver ? Il semble qu’un pressentiment secret l’avertissait de la précarité de sa destinée.
Six jours avant sa mort, il écrivait de Menton : « Je n’appartiens plus guère au présent... Mais, j’ai fait d’une âme sereine mon grand acte de renoncement ».

Celle qui devait l’emporter survint le 20 mars 1926 à midi.

« L’obscur pressentiment de quelque Némésis
Car elle est toujours là qui rôde, inexorable,
La déesse masquée, aux pas furtifs et sourds,
Guettant pour nous atteindre à l’endroit vulnérable
Nos vœux les plus choyés ou nos plus chers amours ».

(*) Ségobriges : tribu gauloise


Charles Garnier et la riviera

Ce grand architecte, créateur de l’Opéra de Paris, très connu mais aussi très controversé à son (...)

Hans-Georg Tersling

Hans-Georg TERSLING est un des grands architectes de Menton et de la Côte d’Azur. Il nait le 7 (...)

Jean Cocteau et Menton

Durant l’été 1955, alors qu’il séjourne chez son amie Francine Weissweiller à Saint-Jean Cap-Ferrat, (...)

La Reine Victoria

À Garavan, à la frontière italienne, la reine Victoria séjourna aux mois de mars et d’avril 1882. (...)

Orazio Ferrari

Un peintre de l’école génoise à la Basilique Saint-Michel (Voltri, 1606 – Gênes, 1657) (...)

Père Charles-Dominique Albini

Menton, 26 novembre 1790 – Vico, 20 mai 1839 Charles-Dominique Albini naît à Menton au 27 de la (...)

William Webb Ellis

William Webb Ellis de Rugby à Menton A l’occasion de la 6ème édition de la Coupe du monde de rugby, (...)

Docteur J Henry Bennett

Le plus Mentonnais des Anglais Ce médecin anglais au cœur mentonnais a choisi notre ville pour (...)

Edouard André

Bourges, 17 juillet 1840 - 25 octobre 1911 Edouard André, issu d’une famille d’horticulteurs, (...)

Henry Gréville

Paris, 12 octobre 1842 - Boulogne-Billancourt, 24 Mai 1902 Alice Marie Céleste Fleury s’installe (...)

Jacques-François Farina

Gênes, 28 novembre 1824 - Menton, 13 août 1904 Jacques-François Farina naît à Gênes, alors royaume (...)

John Richard Green

Oxford 12 Décembre 1837 – Menton 7 Mars 1883 La tombe de l’historien anglais se trouve au (...)

Joseph-Arthème Widmer

Dans la seconde partie du XIXe siècle, Joseph-Arthème Widmer s’installe à Menton pour prendre la (...)

Léopold Bernstamm

Riga, 20 avril 1859 – Paris, 22 janvier 1939 Léopold Bernstamm naît à Riga, ville russe devenue la (...)

Les Grimaldi

Une dynastie prend racine dans un sol que des mythes ont enrichi, que des générations ont (...)

Stanislas Bonfils, un naturaliste (...)

Il y a 120 ans, la Ville de Menton fondait son premier musée par une délibération du Conseil (...)

Vicente Blasco-Ibañez

UN VALENCIEN UNIVERSEL 80 ans après sa mort, Vicente Blasco-Ibañez est resté une figure (...)