ACCUEIL > Hôtes illustres > Henry Gréville

Henry Gréville


Paris, 12 octobre 1842 - Boulogne-Billancourt, 24 Mai 1902
Alice Marie Céleste Fleury s’installe en Russie avec son père, l’écrivain Jean Fleury, qui enseigne à l’Université impériale de Saint-Pétersbourg. Elle y rencontre Emile Durand, professeur de droit français, critique d’art et traducteur du romancier Tourgueniev. De retour en France en 1872, elle épouse Emile Durand à Paris l’année suivante.
Trois ans plus tard, son premier roman, l’Expiation de Savéli, parait dans la Revue des Deux Mondes. Il est signé Henry Gréville.
Ce pseudonyme masculin est un souhait de ses éditeurs qui espèrent lancer une nouvelle George Sand.
Gréville est le nom du village de Normandie où vit son père.
Ses romans, nouvelles, poésies et pièces de théâtre connaissent un rapide succès.
Son manuel sur l’Instruction morale et civique pour les jeunes filles est réédité 28 fois entre 1882 et 1891.
Ses articles paraissent régulièrement dans différents journaux comme le Figaro, le Journal des débats ou la Nouvelle revue.
Dès 1884, Henry Gréville se révèle une conférencière de talent. Elle fait des tournées dans le monde entier, notamment aux Etats-Unis où elle séjourne six mois.
Le combat de sa vie est l’enfance malheureuse.
Elle s’engage très activement dans diverses associations ayant pour but d’améliorer le quotidien des enfants abandonnés.
Elle passe l’hiver dans sa villa de Menton, route de Castellar, où elle cultive des roses et participe activement à la vie culturelle de la cité.
En 1899, elle écrit le texte de la Cantate que chantent des jeunes Mentonnaises en hommage à l’Impératrice Elisabeth d’Autriche lors de l’inauguration de son monument élevé sur le pont de l’Union.
Le journal l’Avenir de Menton, daté du samedi 18 janvier 1902, signale que le comité des dames patronnesses de la Société protectrice des enfants a élu madame Henry Gréville présidente.
Elle s’éteint quelques mois plus tard, lors d’une cure à Boulogne-Billancourt dans le sanatorium du docteur Sollier où Marcel Proust séjournera en 1905.
Une rue porte son nom à Menton depuis le 23 mars 1904


RECHERCHER SUR LE SITE