ACCUEIL > Arts et Histoire > Histoire et Patrimoine > Notre Histoire > Le cadran solaire de la Basilique Saint Michel

Le cadran solaire de la Basilique Saint Michel


Les pêcheurs mentonnais d’autrefois vérifiaient vraisemblablement l’heure de rentrer au port en la lisant sur le grand cadran solaire mural de la basilique Saint-Michel. C’est par hasard, à l’occasion des travaux de réfection des façades, que l’équipe travaillant sous la direction de Jean-Claude Yarmola, architecte en chef des Monuments historiques, a découvert les traces de ce cadran solaire sur la façade sud de l’église. Il est exceptionnel par sa taille : environ 50 m2.

Sa taille hors du commun semble l’avoir destiné à une heure lecture éloignée. En fait, il n’était visible que de la mer. Aujourd’hui réhabilité, on peut le consulter depuis l’esplanade du Bastion. A condition d’en comprendre le mode d’emploi ! Car malgré les explications fournies par les spécialistes, Maurice Marin, docteur ingénieur à l’Observatoire de Nice, et Bertrand Lettré, architecte départemental du Patrimoine, la lecture de ce cadran « italique » qui trouve sa lointaine origine chez les peuples hébreux et chinois, n’est pas à la portée du profane !

Il se consolera de son ignorance en songeant que Gœthe lui-même se plaignait de cette difficulté dans son « Voyage en Italie », en 1789 ! A tel point que MM. Marin et Lettré qui ont reconstitué le tracé de ce cadran « italique » lui ont adjoint un cadran « astronomique » classique, d’une lecture beaucoup plus facile !


SUR LE MÊME THÈME


RECHERCHER SUR LE SITE